Comment éviter les perturbateurs endocriniens ? - Karethic

Comment éviter les perturbateurs endocriniens ?

juin 2017
éviter les perturbateurs endocriniens
Comment éviter les perturbateurs endocriniens ?
Donnez votre avis !

Chez Karethic, les perturbateurs endocriniens se sont installés dans nos esprits en 2013 lors du Festival du Film et de l’Environnement à Paris. Invitées par le WECF à intervenir aux côtés de Dr. Hauschka sur les alternatives aux cosmétiques gorgés d’actifs nocifs issus de la pétrochimie, nous avons pu voir les premiers films dénonçant le danger des perturbateurs endocriniens. Ces composants contenus dans les produits d’hygiène, de beauté, notamment dans les crèmes éclaircissantes dont raffolent certaines femmes noires et asiatiques, ou les soins et déodorants commercialisés aux États-Unis qui rendaient des hommes et femmes, jeunes et sportifs, totalement infertiles. A partir de là, nous voulions absolument les éradiquer, et c’est pourquoi nous partageons avec vous des moyens pour éviter les perturbateurs endocriniens.

À l’époque, aucun film documentaire français n’abordait ce sujet, et pour cause, la réglementation européenne et française sur les cosmétiques est plus stricte. Du moins c’est ce qu’il était permis de penser. Ces substances étrangères à l’organisme qui interfèrent avec nos hormones n’étaient pas uniquement présentes dans les produits de beauté conventionnels, mais absolument partout (jouets, articles de puériculture, alimentation, emballages et textiles) ! Si bien que l’être le plus sain n’ayant jamais fumé ni bu d’alcool et pratiquant une activité sportive régulière pouvait soudain tomber malade en raison des perturbateurs endocriniens.

Un véritable choc, qu’il est humain de vouloir effacer de son esprit pour supporter de vivre dans cet environnement dégradé et pollué, dans l’attente de trouver une alternative. Avec le temps, des solutions très perfectibles et valables uniquement à notre niveau pour éviter les perturbateurs endocriniens se sont esquissées. En voici quelques unes.

Éviter les perturbateurs endocriniens en adoptant une démarche minimaliste

Eh oui ! Longtemps raillés pour leur démarche décroissante, les minimalistes avaient, semble t-il, tout compris avant l’heure. Et quand cette épidémie causée par les perturbateurs endocriniens aura atteint tout le monde, ils seront sans doute les derniers survivants sur la planète.

Leurs secrets ? Éviter le superflu, préférer les matériaux nobles, verre, acier inoxydable, céramique, apprendre à décrypter les étiquettes en repérant les ingrédients à éviter (PVS, parabènes, phtalates, bisphénols A, phénoxyethanol… Bref, la liste est longue et nous vous invitons à télécharger et emporter le guide en fin d’article avec vous), faire soi-même le maximum de produits ou privilégier les soins certifiés naturels et biologiques simples aux applications multiples (huiles et beurre végétaux, savons…).

Éviter les perturbateurs endocriniens en privilégiant les produits labellisés bio

La réglementation européenne est censée protéger les consommateurs désarmés que nous sommes face à une industrie productiviste qui pollue sans cesse notre planète et nos vies… et plante des arbres en contrepartie pour faire passer la pilule. Mais force est de constater qu’il n’en est rien, même si en France nous sommes mieux lotis que les américains. Le consommateur a peu de poids face aux lobbies de l’industrie cosmétique en charge de défendre les intérêts des marques sans scrupules à Bruxelles. Sauf quand il décide de s’informer, puis de boycotter les produits de ces marques.

Qu’on les apprécie ou non, les organismes de certification bio en charge de contrôler les produits portant un label bio deviennent donc l’unique recours pour s’assurer qu’un produit est réellement sain (biologique ou écologique). Mais pour accepter cela, il faut également comprendre pourquoi la mention « naturel ou 100% naturel » est bien, mais insuffisante, et pourquoi avec le risque des perturbateurs endocriniens, la certification BIO des produits est désormais indispensable pour votre santé et celle des petits producteurs. Malheureusement, un cosmétique 100% naturel non certifié biologique peut contenir des ingrédients naturels dont le processus de fabrication repose sur un composant nocif dit « éco-toxique » mettant en danger la vie du producteur ou du fabricant… tout comme un pesticide.

Prenons comme exemple un cas que nous connaissons bien. Le beurre de karité raffiné présent dans 90% des points de vente non bio est souvent extrait à partir de l’hexane pour accroître la production. Il peut cependant être qualifié de 100% naturel. Mais les traces de composants nocifs comme l’hexane se retrouvent dans le produit final sans que ni vous, ni même le formulateur, ni même la marque qui commercialise le produit soient alertés. Tout simplement parce qu’il n’y a eu aucun contrôle par un organisme de certification biologique. Ce karité extrait industriellement est donc 100% naturel mais en aucun cas sain et biologique, car l’hexane est cancérigène !

Soudain, en comprenant ce point essentiel, on comprend mieux le rôle et l’importance des organismes de contrôle qui nous taxent certes chaque année depuis 2009 en frais d’audit pour la certification biologique et équitable de nos produits, mais qui nous assurent et vous garantissent que tout le produit, de sa formule à son emballage en passant par ses ingrédients, est sain et que tout composant nocif pour l’homme et la nature est banni. La mention « 100% naturel » ne suffit donc pas pour garantir qu’un produit n’est pas nocif et qu’il permet d’éviter les perturbateurs endocriniens.

éviter les perturbateurs endocriniens

Éviter les perturbateurs endocriniens en comprenant les mentions Slow Cosmétique, Slow Food et Slow Life

Les marques portant la mention Slow Cosmétique tracent la voie de l’avenir de la beauté et nous sommes fières de faire partie des premières marques récompensées par l’association pour avoir mis en lumière l’authentique karité. Cependant, contrairement à ce que l’on peut penser, Slow Cosmétique n’est pas un label bio ou naturel basé sur un cahier des charges officiel mais une mention qui récompense les marques minimalistes qui font avancer la cosmétique dans le bon sens.

Le logo Slow ne garantit pas qu’un produit est biologique ni même 100% naturel. Il indique simplement qu’une marque ne vous pousse pas à surconsommer inutilement des cosmétiques dont vous n’avez pas besoin, et l’association Slow Cosmétique vous guide dans le décryptage des étiquettes et les alternatives aux cosmétiques conventionnelles pour vous éviter d’être trompé par des discours marketing.

Le graal d’un mode de vie sain et responsable, ce sont donc des produits de composition simple, certifiés naturels et biologiques (nous insistons sur la certification!), idéalement équitables et cruelty free, portant une mention slow comme cerise sur le gâteau. Vu sous cet angle, il y en a très peu aujourd’hui, mais leur nombre ne cesse de croître ! Même si les cahiers des charges bio ne sont pas parfaits, recherchez absolument un label bio sur le produit (AB, Nature et Progrès, Cosmebio, Cosmos, Ecocert, BDIH, Natrue…) qui vous garantit que le produit a effectivement été contrôlé et attesté sans pesticides ni composants nocifs susceptibles de perturber vos hormones.

Éviter les perturbateurs endocriniens en privilégiant les produits les plus sains

Privilégiez au maximum les produits frais, peu transformés, sans étuis en cartons ou emballages, fabriqués en France ou certifiés biologiques s’ils sont importés. Vous n’avez jamais aimé cuisiner ? Il est temps de vous y mettre pour échapper aux perturbateurs endocriniens, pour vous et surtout pour les personnes les plus jeunes et les plus âgées de votre entourage, plus vulnérables à ces ennemis invisibles. Car de la boîte de conserve au micro-ondes en passant par les bouteilles en plastique nocifs et non recyclables, tout ce que la société moderne nous a proposé pour simplifier nos vies et gagner du temps devient un poison.

Bien entendu, nos rythmes de vie effrénés ne permettent plus de prendre le temps de cuisiner, de jardiner, de coudre nos propres vêtements, concevoir nos propres cosmétiques… ou de puiser l’eau au puits ! Mais il n’est jamais trop tard pour ralentir. Et s’il vous est impossible de changer de mode de vie, par manque de temps, l’alternative reste encore une fois de vous tourner vers le bio, progressivement, selon vos moyens. Mais le vrai bio !

Éviter les perturbateurs endocriniens en lavant et protégeant tout ce que vous pouvez

Notamment les vêtements neufs et tissus synthétiques derniers cris issu de l’innovation technologique qui vous promettent de mincir, de vous protéger du soleil ou de faire disparaître des tâches pigmentaires ou des rides en un éclair. Les huiles et beurres végétaux vierges (non raffinés, non traités) plus riches en vitamines et acides gras essentiels, mieux absorbés par l’organisme et laissant un film protecteur invisible sur votre peau et vos cheveux, les fibres naturelles non traitées, le coton bio, le lin ou le chanvre seront vos nouveaux alliés pour vous protéger de la pollution et des perturbateurs endocriniens tout en préservant la planète. Certes ils coûtent plus chers, mais sans doute moins que votre vie ou celle de vos enfants, et ne polluent pas l’eau ou l’environnement pendant le lavage. Eau que vous retrouverez dans votre robinet. Il est donc préférable qu’elle soit la plus pure possible.

Si vous êtes adeptes du minimalisme (zéro pollution, zéro déchet, zéro gaspillage), vous êtes sur la bonne voie. Néanmoins, veillez à protéger votre peau, vos cheveux et bien sûr vos produits de l’air ambiant, que vous soyez en ville (pollution et particules fines) ou en campagne (pesticides).

Alors oui, nous venons de vous dresser un tableau catastrophique de la situation, mais il est primordial d’intégrer que nous ne vivons malheureusement plus dans « une petite maison dans la prairie ». Il faudrait d’ailleurs plus d’un siècle pour recréer un tel environnement plus sain et vivable. Mais il est important de s’y atteler dès maintenant, par solidarité pour les générations suivantes, en leur transmettant quelques principes de minimalisme et en partageant ces informations ! D’ailleurs, n’hésitez pas à télécharger le guide des perturbateurs endocriniens de la WECF pour en savoir plus !

Connaissez-vous d’autres méthodes pour échapper aux perturbateurs endocriniens ?

N’hésitez pas à les partager en commentaire ! 


Karethic est une entreprise familiale, première marque triplement certifiée biologique, équitable, vegan et cruelty-free. De la production du karité au Bénin au cœur de l’Atacora, région reconnue réserve de Biosphère par l’Unesco, à la fabrication des produits en France, nous avons à coeur de préserver tout un écosystème pour maximiser notre impact social et environnemental positif. Nous faisons le choix d’un mode de production artisanal et durable qui valorise et préserve le savoir-faire de millions de femmes et les ressources de l’arbre de karité. Notre beurre de karité « Grand Cru »,  frais, pur, non traité (non raffiné) nous permet de créer des cosmétiques simples, d’efficacité supérieure avec une démarche minimaliste, zéro déchet et zéro pollution . *En savoir plus*

About the author

Articles Apparentés

Pot d'absolue de Karité ouvert

Comment conserver son beurre de karité non raffiné ?

Comment conserver son beurre de karité non raffiné ?Donnez votre...

Fleur de karité

Accueillez le printemps avec le beurre de karité pour faire peau neuve

Accueillez le printemps avec le beurre de karité pour faire...

crème karité hydramatifiante karethic

Le beurre de karité, votre nouvel allié contre l’acné

Le beurre de karité, votre nouvel allié contre l’acnéDonnez votre...

Laisser votre commentaire